pour y voir plus clair...

Il m'a trompée pour la 3e fois en dix ans...et pourtant, je suis toujours là, à espérer recoller les morceaux...ce petit blog me permettra-t-il d'y voir plus clair?

23 mars 2009

Et au bout de la marelle...


Il m'a avoué ce qui s'était passé, penaud, installés dans la voiture, face à face, yeux dans les yeux.

C'était le 14 février dernier, presque 3 mois après "l'affaire"...

Il m'a dit "Je t'aime", me l'a écrit, me l'a redit...M'a remercier d'être "encore" là après tout cela.

Il m'a demandé de l'épouser le 1er mars dernier, au restaurant, un genou à terre, devant les autres convives attablés, applaudissements et champagne offert par le patron, ému...se marier? parce que c'est important pour la suite. Un autre bébé, déménager, mon atelier de peinture au fond du jardin....ses mots sortaient avec vivacité, san shésitation, clairs comme un ruisseau de montagne... Il a pris un nouveau poste de direction d'une filiale, son salaire devient franchement confortable. Il m'a proposé de prendre une aide à domicile à plein temps pour le ménage et les enfants...

J'ai attendu ces mots 10 ans. Le 27 juin 2009, cela fera 10 ans que l'on s'est rencontré.



J'aurais dû sauter de joie, je suppose.

Je lui ai demandé un peu de temps pour réfléchir.



Le lendemain, j'ai décliné sa demande et j'ai annoncé que je partais.

Besoin de respirer, de me retrouver.

Le 15 mars, j'ai plié bagage. Mes cartons ne sont pas nombreux. Je suis une voyageuse sans bagage, je n'aime pas accumuler.


La boîte à musique ne se remettra jamais en route, le mécanisme est définitivement cassé.

Vale. La route est belle et le soleil brille, Gaïa!

Merci à tous de vos mots et de votre regard....A bientôt au détour de la Blog'o sphère?











Posté par Lalka_75 à 15:48 - Commentaires [11] - Permalien [#]

19 février 2009

Cendres : Phoenix ou feu de joie?

nous

Une photo de "Nous"...et des "talons"!!!! Pour la petite histoire, ces escarpins sont tellement hauts, que j'ai du mal à les porter, le pied tellement cambré que j'en ai des crampes! Et pourtant, des talons, j'en porte tous les jours...

Après avoir lu et digéré pas mal de livres sur la question, après avoir entendu enfin les mots de l'aveu...je suis soulagée.

Etrangement, de l'entendre me dire "oui, j'étais cette nuit là avec elle", paradoxalement, cela m'a fait du bien.

Notre couple est en cendre. Aujourd'hui, je peux l'écrire.

Reste à savoir que bâtir sur ces cendres?

Un autre couple : toujours nous mais autrement? Un couple fissionel, chacun un peu plus libre mais se retrouvant avec plaisir?

Tout envoyer valser, comme me le dicte mon caractère entier et passionné et prendre ma valise et mes enfants, mes strings et mes sextoys?

Le laisser en plan avec ses histoires finalement minables? Le laisser dans ses ennuis professionels et ses désirs qu'il pense presque inavouables?

Il cherche à changer de poste, de société, à en reprendre une éventuellement...et cela lui "bouffe" les nerfs. Il gère mal l'ambiance mauvaise à son agence...

Il a découvert peu à peu le plaisir qu'il tire à me laisser s'occuper de ses arrières...j'ai vite compris qu'il aimait me voir le lecher, le penetrer tout en douceur mais qu'il en ressentait aussi quelque honte. Je connais ses fantasmes bi-sexuels, je sais qu'il en rêve...il sait que je l'emmenerai au bout sans tabou...

Mais reste à savoir ce que je vais faire de mes cendres de couple...

Son frère est aussi sur des braises...cependant je m'en amuse (un peu perversement) car, il y a maintenant...4 ans....son frère m'avait fait une proposition plus qu'osée...

Flash-back :

Nous sommes tous les deux en voiture, mon "beau-frère" doit me déposer à un rdv...nous discutons comme toujours de tout de rien...nous nous entendons très bien et il vient travailler régulièrement à la maison (je travaille alors à mon compte) le temps d'avoir à son domicile fax, PC et imprimante (puisqu'il commence à son compte en tant que trader) .... je lui apporte un thé souvent, nous parlons...

Mais revenons à la voiture.

Il m'avoue que pour ses 40 ans, il rêve de passer une soirée à 3 avec sa copine (qui est d'accord) et une autres femme. Il me demande si j'ai des amies libérées qui pourraient souhaiter participer. Je lui répond que je vais passer 2 ou 3 coups de fil.

C'est là que sa malheureuse phrase tombe : "Et toi? Tu serais d'accord?"

GLOUPS

Long silence.

Très long silence.

Malaise.

Depuis, plus rien n'est pareil. Nous n'en avons jamais reparlé. J'ai fait, dans l'instant, comme si je n'avais pas entendu. J'aurais dû réagir.  J'en ai parlé à mon conjoint 3 jours après, le temps de la réflexion...j'étais vraiment secouée. Et bien...c'était limite de ma faute. J'aurais dû réagir tout de suite...

"Je connais mon frère,il a pris ton silence pour un "peut-être"...."

C'est trop fort, c'était de ma faute!

Enfin...depuis le frère ignore si j'ai mis mon conjoint au courant et dès qu'il n'a pas trop de nouvelles, il pense que j'ai parlé...alors que c'est fait depuis longtemps et que mon conjoint n'a pas réagit alors...non plus. Du coup, hier, long mail de "beau frère" à mon conjoint qui demande pourquoi ce silence, pourquoi il ne l'appelle pas...il flippe, le cochon.

Bah, moi, j'en rigole.

Posté par Lalka_75 à 12:26 - Commentaires [9] - Permalien [#]

18 février 2009

Faute avouée?

Le faire avouer, pas si simple et pourtant, à mon sens, étape nécessaire pour tout remettre à plat et ensuite décider de la suite à donner à l'histoire du couple...

En général, le "fautif" agit de l'une des façons suivantes :

Il nie avec force en dépit des preuves accablantes.

Il minimise et tente de s'auto-passer l'éponge : "Bon, ok, je l'ai fait, allez on en parle plus"

Il tente de culpabiliser le conjoint trompé : "C'est que tu ne t'occupais plus de moi, que tu avais grossi, que tu as voté Sarkozy..."

-------------------------moi, il m'a fait les 3 (mais pas en même temps) ...d'abord nié, puis attenué et enfin dit que c'était bien de ma faute...au fou! Le voir avouer a été un soulagement.

Dimanche, enfin....il y a 3 jours, il a avoué.

Cela m'a fait un bien fou d'entendre : "Oui, j'étais avec "elle" à l'hôtel au Mans"...

Avant cet aveu, on pense devenir dingue, ne pas tourner rond, s'être fait des films...surtout quand votre conjoint, les deux pieds bien campés vous soutient, bille en tête que  vous fumez du chapeau, que vous vous faites des idées...alors QUE VOUS SAVEZ.

J'avais même été voir les photos de l'hôtel "contry club" trois étoiles sur le net...prix de la chambre 90 euros...montant total ! 350 euros sur Carte Bleue (et oui, monsieur est maladroit et n'a même pas pensé à payer en liquide!)...

Je savais, le soir même, c'était en novembre dernier...que ses histoires d'embouteillage à Rambouillet ne tenaient pas la route.

J'ai pris un lexo et j'ai dormi. Je ne pouvais rien faire...je ne pouvais que subir.

Ne pas penser qu'il était à l'hôtel, qu'il dînait avec une autre, qu'ils iraient dans une chambre et qu'ils se rouleraient sur un lit...qu'ils prendraient le petit dejeuner...Le téléphone de monsieur était "tombé" en panne à19h et a retrouvé vie le lendemain à 9h...Magie!

Dimanche, je l'ai mis au pieds du mur, je lui ai dit : "Dis-moi plutôt que tu n'as pas pu t'empêcher, même si je t'avais demasqué, de courir la retrouver à mi-chemin de son domicile et du nôtre, pour coucher avec, une fois au moins..."

...et lui de me répondre : "On va dire ça".

J'ai éclaté de colère :

"Non, oui ou non, pas "on va dire ça"...avoue au lieu d'esquiver encore et toujours, dis-moi ce qui s'est passé pour que je puisse enfin me reconstruire!!!!"....

Il a avoué. Oui, il y était, avec elle.

Il a cru bon d'ajouter, l'imbécile : "Mais pour les embouteillages, c'est vrai, hein!!! Je suis arrivée au rendez-vous avec 2 heures de retard!"...

Mais qu'est ce que cela peut me faire que cette c........    ait attendu, hein? Non, mais!

Posté par Lalka_75 à 17:38 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

17 février 2009

C'est contagieux ou quoi?

Hier monsieur est venu me chercher au travail en voiture pour rentrer ensemble...

Appel de notre ami commun, celui-là même à qui j'ai pleuré mon désespoir après avoir compris que monsieur avait recommencé...

Il a une voix blanche. Il n'a pas l'air d'aller bien. Il ignore que j'entends dans le haut-parleur de la voiture et que je suis présente.

"Putain, j'ai déconné, j'ai déconné! J'ai fait le con et je me suis fait prendre..."

Monsieur me regarde, je suis livide.

LUI AUSSI.

Merde.

Je profite d'un feu rouge, je descends....nous sommes encore à 10 minutes à pied de la maison. Je termine ma route seule, il termine la conversation avec "super pote qui a fait le con"...

Super pote n'a jamais vraiment cessé de voir en douce son ex (qui, au passage l'avait viré comme un mal-propre ayant rencontré un autre homme) ... et sa copine actuelle a dû les surprendre. Je n'en sais pas plus. Je suis secouée...d'autant que la veille, j'avais appris de la bouche de belle-maman que le divorce "propre et gentil" du frère de monsieur et ex-belle-soeur cachait une aventure d'ex-belle-soeur qui...a demandé le divorce, se rendant compte qu'elle avait pris son pied avec son amant et pas avec monsieur Mari...monsieur MAri l'ayant suppliée de rester en dépit de tout.....cela fait 10 ans que je pense qu'ils ont divorcé gentiement...sans animosité. No complain, no explain?

Je ne juge pas. Je m'étonne simplement de la banalité des tromperies douces et quotidiennes...

Comme m'a demandé un psy, il y a quelque temps :

"Et dites-moi, quel est le titre du conte de fée dans lequel vous vivez?".

Posté par Lalka_75 à 10:03 - Commentaires [6] - Permalien [#]

09 février 2009

Week-end à la mer

J'étais avec notre petite de 6 ans ce week-end, à la mer...

Au programme, rien que nous, rien qu'une maman et sa fillette blonde aux cheveux longs et bouclés, une maman qui mitraille sa fille sous toutes les coutures...une petite qui se colle à sa maman, sur ses genoux et lui murmure à l'oreille "Maman, je t'adore"...

Dans l'hôtel, Jacuzzi pour moi,sauna aussi et Piscine avec la puce...détente près de la cheminée...restaurant, balade sur la plage et visite de l'aquarium de la ville...

Et des SMS de monsieur qui était, lui, en Irlande, pour le match. Monsieur se demandait ce qu'on pouvait faire toutes les deux, sans LUI.

Des tas de choses, je vous l'ai dit.

A 16h37, en avance à la gare, nous avons sauté dans un train direct pour Paris qui partait plus tôt que celui que nous avions réservé et dont le trajet demandait un changement...

En montant, j'ai été voir le contrôleur car je n'avais pas eu le temps de composter...

Et lui, avec un large sourire, de me dire : Bienvenue dans le "train des cocus".

Je reste étonnée, interloquée par son préambule :

-"Pardon???

-Mais oui, c'est le dernier direct du dimanche pour Paris, où montent ces messieurs en été laissant l'épouse et les enfants à la plage...d'où son surnom de "train des cocus"...

j'ai éclaté de rire. Comment pourrait-il savoir, le brave homme?

En rentrant, je n'ai pas manqué, avec délectation, de raconter cette anecdote à monsieur...qui a sursauté et que cela n'a pas fait rire. Allez comprendre...

En ce moment, sur ma table de chevet : "Infidélité et après?"  - "Bienheureuse infidélité" et "le Couple fissionnel"...

Je crois que monsieur se demande à quelle sauce je vais le manger et qu'il se demande si je ne vais pas lui rendre "la monnaie de sa pièce"...C'est bien mal me connaitre. C'est d'ailleurs sans doute ce qui caractérise notre couple, le maque de compréhension.





Posté par Lalka_75 à 14:20 - Commentaires [4] - Permalien [#]

03 février 2009

La barque à quai...

J’ai pris tellement mes distances....

Quand il me prend dans les bras, j’ai l’impression d’être dans les bras d’un ami mais je sens que la situation a changé et mes sentiments aussi. Il le perçoit. J’ai envisagé de partir ce week-end avec notre fille cadette (6 ans)…et puis j’ai aussi décidé  de faire les comptes que ni lui ni moi ne suivons depuis plusieurs mois…je les faisais il y a encore 2 ans mais entre les comptes, la maison, les enfants, le boulot, je m’étais mis en colère devant le sentiment de « tout faire » et lui avait demandé de s’en charger. Ce qu’il n’a jamais fait.

 

J’apprends alors que depuis plusieurs mois, il « éclipse » 400 euros de sa paye avant que cela n’arrive sur le compte commun où je dépose aussi mon salaire…il a juste oublié de me le dire …il met de côté…A son nom. Ca fait un choc.

 

Y’a, comme qui dirait,  un panneau lumineux au dessus de ma tête qui clignote : « Pauvre Pomme »….

 

Ca m’éloigne encore plus.

 

Il met 400 euros de côté tous les mois ? Ce soir, je lui annonce que je fais de même. D’autant que nous gagnons le même salaire…quand je vous dis qu’on ne suivait pas les comptes…

 

Je ne souffre plus. Ma barque s’éloigne, poussée doucement par le courant. Il me regarde au fond des yeux, il se pose des questions, je le sais…il regarde mes SMS, mes contacts mails et MSN.

 

Chacun son tour ?

 

Il m’a demandé avec qui j’allais ce week-end à Disney … il me soupçonne d’infidélité mais ça le fait ricaner. Oui, ricaner. Il évoquait un ami (le rugbyman) et m’a dit "Tu n’irais pas avec…" en laissant sa phrase en suspend. Le voir en ricaner, cela a encore brisé un peu plus le lien qui me soude à lui depuis 9 ans. Ainsi, si je le trompais, ça ne lui ferait rien ? Il en rirait ?

 

 

Drôle de monde.

 

 

 

 

 

 

Posté par Lalka_75 à 11:12 - Commentaires [11] - Permalien [#]

20 janvier 2009

Pourquoi Acte 2

C'est comme si j'avais seulement vécu un mauvais, très mauvais cauchemar. C'est d'ailleurs ainsi que monsieur souhaite "clore cet écart"..."IL ne faut plus y penser"...

Il y a tant de passifs, tant de désarroi, tant de souffrance et d'attente, tant d'espoirs déçus...je finis par regarder autour de moi et comme une assoiffée prendre les regards, les compliments, les sollicitations comme un noyé cherche l'air...

Bien sûr que je pourrais envoyer valser la sacro-sainte Judéo-chrétienté et tomber dans les bras et les draps d'un de ces prétendants...je m'amuse des regards que j'ai pu soutenir aujourd'hui, en rendez-vous puis à déjeuner avec un directeur de programme immobilier, la quarantaine et le verbe délicat, qui manie le second-degré et les sous-entendus "d'interêt" pour ma personne avec brio.

La lumière s'était éteinte dans la cave où nous discutions avec 3 autres personnes de la possibilité de descendre un ascenseur en infrastructure (pour ceux qui n'ont pas tout suivi, je suis architecte DPLG) ...Nous remontions alors au Rdc et étions tous en file indienne dans l'étroit escalier. Lorsque la lumière s'est éteinte, j'ai lancé un : "Ohhhh nous voici dans le noir" et lorsqu'elle est revenue, cet homme, juste derrière moi a lancé un coquin "Dommage..."...

Me voici à les regarder, ces hommes autour de moi et à me demander pourquoi la situation ne pourrait pas être simple et binaire, pourquoi tant de larmes et tant de possibilité de vivre autrement, ailleurs...

Il y a cet ami, que je connais depuis 3 ans et dont je connais parfaitement le désir et les attentes envers moi...ancien joueur de Rugby, patron d'entreprise la toute petite quarantaine, vif et rieur qui m'envoie des SMS pleins de "ma puce", "ma chérie" ou encore mon surnom "poupée" dans la langue de mon enfance...et ses mains sont douces et sa voix grave et son raffinement n'est pas à critiquer...

Et je le regarde, mon homme qui n'a jamais su me demander en mariage, qui n'a jamais su que me critiquer...

Et je construis des souvenir avec Pierre Paul ou Jacques en toute amitié...me promener dans la rue avec le joueur de rugby, bras dessus-bras dessous, ma jupe légère vole au vent léger d'été, mes cheveux se soulèvent en rythme, je le regarde, rieuse, il me raconte une histoire avec sa verve et son naturel que j'appécie...  croissant deux types, mon ami éclate de rire...

J'ai entendu un des hommes dire quelque chose en arabe, je n'ai pas compris.

Lui, si. Il a été élevé par une grand-mère "tune" et manie un arabo, judéo-français croustillant "comme là-bas, dis!'...

L'homme croisé aa lancé un compliment, qui reflète l'admiration envers  "une belle femme" et l'envie...en 3 mots, cela résume tout cela...et mon ami a eu du mal à trouver l'équivalent : "Et bien mon gars...quelle belle femme...Y'en a des chanceux"...

Il faudrait que je lui demande s'il se souvient de ce moment...ce qui est terrible, c'est qu'il s'en souviendra avec moult détails...pire qu'une femme!

Un jour, j'allais au bureau, il passait en voiture, travaillant à côté et m'a lancé : "Les coups de foudre, ce n'est pas qu'au cinéma: Je suis en plein dedans"...il y a 3 ans....les années passent, pourquoi s'accrocher à un homme qui me traite si mal? Pourquoi continuer cette vie d'attente et d'espionnage pour débusquer ses écarts au lieu d'accepter les regards et les sollicitations?

Oui, je me rends compte que je continue les "Pourquoi"...

Ce matin, journée attaquée à 8h au bureau, retour à 21h, douche et quelques papiers à régler...je vais me couler sous la couette, monsieur dort déjà...

Posté par Lalka_75 à 22:37 - Commentaires [9] - Permalien [#]

15 janvier 2009

La journée des "Pourquoi" ...

Un grand vide s'est fait en moi ce week-end.

J'ai eu beaucoup de travail au bureau et la fatigue physique associée à la tension morale de ces dernieres semaines est devenue un cocktail détonant...

Je ne trouve plus de traces d'échanges (SMS ou appels) entre "elle" et lui...plus de contacts ou efface-t-il bien régulièrement les traces? Je doute tout le temps, maintenant. J'étais presque déçue ce matin, de ne pas trouver de SMS ou de traces d'appels...Suis-je masochiste? Est-ce que je cherche inconsciemment des excuses pour le quitter?

Hier soir, monsieur est rentré, m'a dit "bonsoir" de loin. Pas un baiser. Le matin pourtant il m'avait réveillé en partant pour le boulot  avec une caresse sur la joue (et ce matin aussi)...les petits gestes comptent tellement pour moi et il n'est guère spécialiste. Je lui ai fait la remarque "tu ne m'as pas embrassée"...et sa réponse "Ben toi non plus"...mouais. Pourquoi est-il plein d'affections pour nos amies, nos filles et pas pour moi?

En fait, la carence totale en mots tendres (il m'appelle par mon prénom sans diminutif), en "Je t'aime" (il m'a dit "Je t'aime" une fois en 9 ans...et encore, j'ai le souvenir de l'avoir poussé très loin pour cela...) devient pesante. J'aurais besoin de me sentir aimée, reconnue...et pas seulement désirée. Car soyez-en sûres...si je lui passe une main coquine aux fesses, si je commence à lui jeter un regard qu'il connaît bien, il part au quart de tour et nous voici sous couette...le désir n'a été que développé, complété et nourri depuis 9 ans et c'est toujours "le pieds" sous couette...mais des mots doux, point. Je compare à un ami qui m'a tournée plus qu'autour il y a 3 ans (quand j'ai appris l'infidélité de mon conjoint)...plein de "cherie", plein de "tu es parfaitement maquillée ce matin" et bourré de "J'adore ce sourire"...de quoi basculée 1000 fois...et je précise que ce monsieur n'est pas un baratineur (ou si peu...Lol)...Pourquoi l'ai-je envoyé promener, ce pote? Parceque je me savaos capable de craquer pour sa belle gueule de brun ténébreux?

Cette entente "sous couette", d'ailleurs, avait poussé mon goujat de conjoint lors d'une dispute à me dire "C'est fini entre nous, tu ne peux pas me forcer à rester. Tout ce que je vais regretter, c'est tes pipes magistrales"....

J'ai encore cette insulte au bord du coeur...Un coup de piolet supplémentaire dans notre histoire.

Alors, dites-moidites-moi, pourquoi je reste???

Posté par Lalka_75 à 11:13 - Commentaires [13] - Permalien [#]

13 janvier 2009

Je tourne en rond, je vire parano, je le déteste, il m'énerve...il a grossi depuis 10 ans...il a pris 10 kg...un par an. Monsieur m'a fait passé un week-end "mauvaise humeur"...rien n'allait pour lui. J'ai passé un coup de peinture sur mon bureau et rangé de fond en comble le salon; Il rouspetait devant tant de désordre...j'ai passé une journée entière à trier  à jeter, à classer...et le bureau tout en brun ébène est vraiment chic!

Mais il était de mauvaise humeur, ronchon...J'ai dit qu'il était heureux quand l'appartement était brillant de propreté et qu'il serait heureux quand j'aurais fini, que JE me foutais en l'air mon samedi pour cela...et notre fillette de 6 ans a commencé à pleurer :

-"Pourquoiiiiiiiiii vous vous disputez?

-On ne se dispute pas, dis-je, on discute, nous ne sommes pas d'accord...alors nous discutons.

-Mais vous vous aimerez toujours, hein? Vous ne vous seraperez jamais, hein?"

Là, regard vers monsieur qui me regarde aussi... (et petit bécot sur les lèvres)

-"On s'aime mon coeur, on se fait un bisou pour arrêter de discuter...

Et son père d'ajouter:

-"Je suis un peu de mauvaise humeur en ce moment, c'est pour ça...

C'est un bon début, il le reconnait...ah-ah.

Jeudi, je projete d'aller avec 3 copines dans un club qui propose des gogodancers "girls only"...histoire de nous hcanger les idées! :)

Posté par Lalka_75 à 15:12 - Commentaires [6] - Permalien [#]

09 janvier 2009

...les vacances se sont bien passées. Bonne entente, complicité à tous les niveaux, rire et détente, projets formulés...fin décembre, on a cru que j'étais enceinte (seins façon obus de la guerre de 14, fatigue, nausées) ...mais non, fausse alerte...sauf que monsieur était ravi de cette idée et était tout sourire :

"On va déménager plus tôt que prévu.....on va devoir s'agrandir vite fait!...etc"

Avant-hier, j'ai trouvé un SMS adressé à l'autre dans son portable...en date du 2 janvier.

"Bonne année à toi et tes enfants. Ta maison doit être vendue? Les changements sont en cours. Pensées...érotiques"

Va falloir...Qu'on parle. Encore.

Il va falloir qu'il m'explique ce qu'il entend par "tu n'as rien à craindre, j'ai réglé le problème"....et qu'il mette des mots clairs sur la situation. Me dire qu'il ment, lui, l'homme qui déteste le mensonge, je n'arrive pas à le croire. Il y a peut être une autre explication?  Comment ça, je me raconte une belle histoire?

Posté par Lalka_75 à 12:36 - Commentaires [4] - Permalien [#]